LILLE |  BRUXELLES  |  NAMUR |  ET...

Paloma Ruiz – Gagnante du concours Eldorado

Un peu plus sur l’artiste ayant gagné le concours : Paloma Ruiz
Paloma est une architecte mexicaine de  28 ans installée à Lille…

  • Peux-tu te présenter en quelques mots ? (D’où viens-tu ? Que fais-tu ?)
    Je suis née à Mexico en 1990, où j’ai vécu jusqu’à l’âge de 23 ans.
  • Depuis combien de temps es-tu en France ? Et à Lille ?
    Je suis arrivée à Paris en février de 2014 pour faire un échange international qui devait durer 6 mois. A la fin de ce semestre j’ai décidé de rester 6 mois en plus, mais comme Paris était trop cher pour une Mexicaine dont ces parents gagnent en pesos, j’ai décidé d’aller à Clermont-Ferrand. Une fois en Auvergne, j’ai décidé de finir mes études en France. J’ai eu mon diplôme de Master en 2017 dans l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand. Je suis arrivée à Lille en mars 2018 pour travailler chez VS-A. Un bureau d’études spécialisé en façades.
  • Pourquoi passer du Mexique à Lille ? Changement de température radical, n’est-ce pas ?
    Comme j’ai dit précédemment, je suis venue parce que l’agence où je voulais travailler est basée à Lille. J’avoue qu’avant mon déménagement la météo était un peu démotivante, mais tous les gens à qui j’ai dit que je venais travailler au Nord m’ont répondu « il fait froid mais les gens sont très chaleureux ». Aujourd’hui je constate qu’il fait moins froid qu’à Clermont et que c’est vrai… les Lillois sont très amicaux !
  • Nous savons que tu es architecte, as-tu commencé à dessiner des personnages avant, après ou en même temps que les bâtiments ?
    Je ne sais plus quand j’ai commencé à dessiner, mais mes carnets à l’école ont toujours eu plus d’illustrations que des annotations sur les cours !
    J’ai décidé de devenir architecte parce que j’aime dessiner, mais j’aime aussi créer et la technique me passionne. Aujourd’hui je suis architecte de temps plein et illustratrice dans mes temps perdus.
    J’ai une imagination assez vaste, et je dessine les images qui se baladent dans ma tête : des personnages, des animaux, des monstres, mes connaissances, la nourriture… Mes illustrations sont la plupart du temps faites avec des marqueurs noirs, des fois j’ajoute un peu de couleur mais je n’utilise jamais du crayon je ne supporte pas faire des esquisses, pour moi c’est une perte de temps.  À l’université, au Mexique, on nous a appris à dessiner avec des aquarelles. J’aime bien en faire des villes que je visite… Lille est si colorée qu’elle est une bonne ville pour faire des aquarelles.
  • Quels sont tes sujets de prédilection pour les dessins ?
    Souvent je dessine des monstres pas méchants, j’aime aussi dessiner des pirates et des bêtes marines, quand je pars en voyage je dessine les bâtiments…
  • Nous avons évidemment consulté ton Instagram, (j’espère que tu ne nous en voudras pas) : Tu prends également de très jolies photos, est-ce un art qui t’intéresse également ?
    Merci ! La photographie aujourd’hui me passionne mais comme je suis une photographe sans caméra je fais la plupart des photos avec mon portable ou des fois j’emprunte la caméra de mon copain.
  • As-tu des modèles inspirants d’architectes, de dessinateurs ou de photographes à conseiller à nos kiltiners ?
    Quand j’ai commencé les études au Mexique, j’ai eu la chance d’avoir comme prof d’architecture Gabriela Carrillo, de l’agence « Taller de Arquitectura Mauricio Rocha + Gabriela Carrillo ». Elle nous a appris à projeter des espaces qui provoquent des sentiments, à travers la lumière et l’ombre, les parfums des jardins, les textures et couleurs des matériaux… et quand on visite les œuvres de l’Atelier on découvre tout cela. Sa façon de concevoir les projets a eu une grande influence en ma formation d’architecte et même aujourd’hui dans mon travail qui est parfois très technique, je ne peux pas m’empêcher de me questionner sur l’expérience de l’usager.
  • Pour revenir au concours, comment en as-tu entendu parler ?
    Je crois que c’était en consultant le site de Lille3000 pour connaître le programme de Eldorado que je suis tombée sur le concours.
  • Je reprends ici la description de ton dessin intitulé : La fiesta du Mexique que tu as effectué dans la fiche, autre chose à rajouter ?
    « D’abord, j’ai voulu faire une illustration très festive. J’ai cherché à mettre en valeur l’esprit festif du Mexique, pays invité pour la 5e édition de Lille3000. Ensuite, l’illustration se développe autour d’un symbole central très emblématique de la tradition mexicaine : la face d’une “trajinera”, un bateau typique des canaux de Xochimilco, à Mexico. Autour de ce symbole on trouve des éléments de la culture mexicaine comme la vraie piñata mexicaine (car la piñata de mule ou de llama ne font pas partie de la culture mexicaine), les mariachis, la “lucha libre” (le catch), les jouets traditionnels et, bien sûr, des éléments de la très riche gastronomie mexicaine. Frida Kahlo est aussi présente étant donné la reconnaissance au niveau international de son parcours artistique. Finalement, j’ai voulu faire sourire aux gens qui regardent l’illustration pour rappeler l’esprit joyeux de lille3000 »
  • Que penses-tu du programme de lille3000 qui a tenu cette année à inviter le Mexique en pays d’honneur de cette 5e édition ?
    Je suis ravie ! Je ne peux pas décrire le sentiment qu’en tant qu’expatriée je ressens quand je marche dans la rue et que je vois partout des références de mon pays. Je crois aussi qu’il est une grande opportunité pour que les Français rencontrent un peu de la culture et l’histoire très riche de mon pays et en même temps pour rompre avec les clichés qui existent sur le Mexique

Log in

loading