LILLE  |  PARIS  |  BRUXELLES  |  STRASBOURG  |  METZ |  RESTE DE L'UNIVERS

Py Niouf sur Rue, médiatrice culturelle, designer et plasticienne

Dans le dernier panier de la saison nous avons trouvé une petite broche en forme de piment. Si vous êtes intrigués par cet accessoire, Kilti vous présente l’artiste qui se cache derrière lui. Py Niouf sur Rue, à la fois membre du collectif Gonzes et du collectif (association) Piñata, nous a parlé de ses créations et de ses thèmes de prédilection.

Kilti – Peux-tu te présenter ?

Jeslyna – Je suis Jeslyna alias Py Niouf. Je suis aussi membre et présidente du collectif Gonzes et de Piñata, une association de micro-édition.

Kilti – Qu’as-tu réalisé pour le panier « Pigment d’Espelette » ?

J – Pour ce panier, j’ai réalisé des broches piments en parallèle des combos piquants proposés par le collectif Gonzes. Ce sont des petits objets que je fais assez souvent (les broches). Je trouvais ça assez rigolo de faire des petits piments et c’est en rapport avec le thème.

Kilti – Le thème de ce mois-ci t’a t-il inspiré ?

J – Le thème m’a parlé parce qu’en premier lieu j’aime beaucoup travailler sur les jeux de mots (rires). Avec les piñatas, je venais justement de finir une série de broches réalisées sur des jeux de mots alimentaires comme (idiomastimes gastronomique) « avoir la pêche » ou « avoir la banane ». Par conséquent, le thème « Pigment d’Espelette » collait tout à fait. J’ai travaillé le mot pigment un peu différemment mais de toute façon, ce sont des petits objets que j’aime bien faire et qui me font rire. 

Kilti – Quelles sont tes activités artistiques et professionnelles ?

J – Je suis médiatrice culturelle, designer et plasticienne. Professionnellement, je suis plus médiatrice culturelle, je suis actuellement intervenante artistique à l’atelier Galerie Blue. Sinon, au sein du Piñata, je suis chroniqueuse dans leur fanzine, je réalise des interviews, des portraits d’artistes et des présentations de lieux. Artistiquement, j’aime créer de mes mains et je travaille plusieurs supports comme le bois ou le plexi et aussi la découpe laser. Je fais aussi de la gravure, de l’illustration ou encore de la photo. Parfois je mêle ces disciplines.

Kilti – Es-tu artiste, médiatrice ou designer ?

J – Je suis les trois en même temps. Dans mon travail de designer, on me disait que j’étais très plasticienne. Je n’arrive pas à choisir car d’un projet à l’autre, d’une envie à l’autre, ces disciplines se nourrissent transversalement.

Kilti – Quels sont tes thèmes de prédilection ?

J – Dans Py Niouf sur Rue, j’aime traiter les animaux tout simplement parce que j’aime ça. Je réalise souvent des accessoires en forme de têtes d’animaux. Dans mon travail photographique et plastique, j’aime beaucoup faire des photos du quotidien, je travaille aussi pas mal sur les espaces abandonnés. De plus, je ne fais pas vraiment du street art mais c’est quelque chose qui m’intéresse.

Kilti – Les thèmes que tu traites évoluent-ils ?

J – La friche, par exemple, m’a toujours intéressée, et même si ça évolue plus ou moins, c’est difficile à définir. Forcément, il y a une évolution peut-être sur l’observation.

Kilti – Cumuler la position de médiatrice culturelle et d’artiste, est-ce une chance ?

J – En tant que médiatrice, je trouve qu’à Lille il se passe énormément de choses, et pour ça c’est génial. Certes nous sommes beaucoup à chercher du boulot mais il y a aussi beaucoup d’offres. Cependant, je sais que c’est difficile de faire le choix de travailler dans le secteur culturel mais ce n’est pas vraiment ma réalité pour le moment donc je ne me plains pas. En tant qu’artiste, depuis que je suis sortie de l’école, je fais des trucs pour moi car pour le moment je ne me suis jamais posé la question de comment montrer mon travail ou comment je peux en vivre. Ce n’est pas une priorité pour moi. Par la suite, mon travail a plu alors j’ai commencé à réaliser mes créations pour les autres. Aujourd’hui je n’essaye pas forcément d’en vivre mais j’aime pouvoir partager ça et en vendre parfois.

Kilti – Pour finir, quels sont tes projets à venir ?

J – Je fais un marché à Valenciennes le 12 août prochain dans lequel on verra mes créations de Py Niouf sur rue. Je participerai aussi au salon Microscopie, un salon de micro édition aux cotés des piñatas le 7 et 8 octobre.

Log in

loading