LILLE  |  PARIS  |  BRUXELLES  |  STRASBOURG  |  METZ |  RESTE DE L'UNIVERS

Oscillation de Justine Albisser

Justine, dessinatrice sensible et discrète faisait partie de la programmation du panier Kilti sur le thème  » politiquement incorrect » avec son livre Oscillation. Présente lors de la soirée de distribution, nous avons pu la rencontrer et échanger avec elle sur son travail, ses œuvres et ses inspirations.

Kilti – Justine, qui es-tu ?

Justine – J’ai 30 ans, je suis du Pas-de-Calais, je vis à Lille depuis longtemps et je dessine (rires). J’ai fait les Beaux Arts à Valenciennes, puis une formation dans une boîte d’animation, ça m’a plu alors j’ai continué. C’est ce que je fais pour vivre, en parallèle je dessine, toujours, dans des carnets et je commence à essayer de faire quelque chose avec ça.

Que dessines-tu, comment travailles-tu ?

Justine – C’est difficile de décrire comment je dessine, je gribouille, je gomme beaucoup, je fais des traits et des formes. J’ai du mal à faire des paysages mais j’essaye de me pousser vers ça. Finalement, je dessine surtout des corps et des visages au crayon de papier avec parfois un peu de couleur, de l’aquarelle, c’est encore assez expérimental. Mon travail n’est pas cadré, je saisi l’inspiration au moment où elle passe, peu importe l’heure. Je retravaille beaucoup mes dessins, je laisse reposer et je retouche souvent, des fois j’efface tout et je recommence.

Que t’apporte le dessin ?

Justine – Dessiner me met parfois dans un état méditatif parfois en transe, j’en ai besoin, d’ailleurs je me sens moins bien dans les périodes où je ne dessine pas. Je pense que ça me permet de mettre de l’ordre dans mes idées, et d’exprimer des choses que je n’arrive pas à dire autrement.

Comment te fais-tu connaître, aimerais-tu exposer ?

Justine – J’expose peu, je me sers de mon tumblr : sirlonie . Je préfère travailler plus avant d’exposer.

Comment en es-tu arrivée à collaborer avec Kilti ?

Justine – C’est mon éditrice qui m’a parlé de Kilti, elle m’a dit qu’Oscillation pouvait convenir au thème politiquement incorrect. Je ne connaissais pas l’association, j’ai trouvé le concept chouette ! Ça permet de faire découvrir des choses aux gens.

Justement, vois-tu ton travail comme politiquement incorrect ?

Justine – Cela doit venir du fait que je dessine beaucoup de personnages nus. On m’a plusieurs fois demandé de censurer mes dessins sur internet mais il ne s’agit pas de provocations, d’ailleurs le thème ne m’inspire pas particulièrement.

Que t’apporte ton tumblr ?

Justine – J’ai pas mal de followers sur tumblr, j’échange avec les gens, mais je ne suis pas forcément très communicante. Parfois, certaines personnes me laissent un petit message, ou achètent mes dessins, ça me fait plaisir !

As-tu des projets aujourd’hui ?

Justine – Rien de très établi, j’ai des petites idées de personnes avec qui je voudrais travailler. J’aimerai essayer de dessiner pour quelqu’un mais j’ai des doutes (rires). J’ai aussi fait un peu de peinture à une époque et j’aimerai recommencer. J’aimerai aussi pouvoir partager avec les gens, leur donner, leur apprendre, mais c’est pas forcément naturel chez moi. Je me remets souvent en question mais je ne pense pas pouvoir arrêter ce que je fais pour le moment.


Interview : Capucine Cliquennois

Relecture : Chantal Brebion

 

Log in

loading