LILLE  |  PARIS  |  BRUXELLES  |  AUTRES

Charly Lazer, cofondateur du magazine Hanhan

Les usagers du panier lillois de février 2015 « à corps et cris » avaient pu y découvrir une revue érotique un peu mystérieuse: Han Han magazine. Pour découvrir qui se cache derrière ce beau projet, nous sommes allés à la rencontre de Charly Lazer, l’un de ses deux fondateurs qui nous a fait partager sa vision de l’érotisme, de l’art et de l’amour.

 

Kilti – Pour commencer, dans quel contexte avez-vous collaboré avec Kilti ?

Charly Lazer – On ne connaissait pas Kilti, c’est Laudine qui nous a contacté car elle pensait qu’on faisait des revues imprimées. Ce n’était pas le cas, on en avait déjà imprimé une fois, un an auparavant, mais c’est tout. Ça a coûté très cher et on n’a pas eu les moyens de le refaire. C’est en participant au panier de février 2015 que Kilti nous a permis de renouveler l’expérience. Le principe nous garantissait un nombre intéressant d’exemplaires vendus et donc de rembourser les frais d’impression. On a donc sorti une revue Han Han sur le thème « A corps et à cris ».

K – Justement, Han Han Magazine c’est quoi ? Qui sont ses fondateurs ?

C.L – C’est le magazine de l’émotion érotique et de l’amour universel. C’est suffisamment explicite et en même temps un peu mystérieux. On l’a créé en 2013, Carlo Amen et moi. Nous sommes tous les deux originaires de Roubaix, on a tous les deux des boulots à côté, Carlo Amen est tatoueur et il voyage beaucoup. Moi je fais de la musique, j’ai un groupe [Charly Lazer est le chanteur du groupe Bison Bisou] et je travaille parfois. Le projet de Han Han était de proposer des visions sur l’érotisme, sur l’amour qui soient assez larges, en tout cas les plus exhaustives possible.

K – C’est donc un magazine érotique ?

C.L – Oui et non. Quand on parle d’amour universel il est aussi question de parler de choses qu’on aime, qui nous enthousiasment, qui nous émeuvent et de partager nos découvertes. On a même envie de diversifier les sujets et d’aller plus loin que l’érotisme au sens classique du terme qui a un peu tendance à m’ennuyer. Une des volontés de Han Han c’est aussi d’être une source d’inspiration, pas forcément sexuelle mais plutôt artistique. On essaye de toucher des personnes qui ne sont justement pas des spécialistes et de les encourager à écrire et pourquoi pas à se faire publier, en amenant un truc frais et original. Le but est de rester accessible à tous, l’intention n’est pas « arty » et c’est aussi bien.


 

K – Pourquoi un magazine en ligne ?

C.L – On a mis du temps à trouver le bon format, au début on pensait ne faire que du papier mais c’est plus compliqué et beaucoup plus cher. On n’a sorti une version imprimé que deux fois et finalement j’aime assez l’idée du site, plus facilement diffusable. Aujourd’hui, on en est au 14ème numéro, celui-ci c’est sur le thème de la technologie et on prépare le prochain sur la nature de l’Homme. Des thèmes très larges donc.

K – A quelle fréquence sort le magazine ?

C.L – Au début, on sortait le magazine tous les 2 mois, aujourd’hui, c’est plutôt tous les 4 à 6 mois. On a eu du mal à garder le rythme et la régularité au niveau des publications. Le prochain sortira forcément en juillet 2016, peut-être même le 14 juillet (rires).

K – Comment se créé un numéro ?

C.L – J’ai plutôt tendance à écrire et Carlo fait des illustrations même si ça m’arrive de prendre des photos. On s’entoure beaucoup de personnes du coin mais on aime aussi aller voir ailleurs et on contacte d’autres contributeurs parce qu’on aime bien ce qu’ils font. Parfois, il y a des personnes qui nous contactent et qui veulent publier des articles, n’importe qui peut y participer. Chaque numéro se compose d’une vingtaine de rubriques sous plusieurs formes : des nouvelles, de l’humour, des articles reportages, des photos, des interviews, de la poésie, des illustrations… on essaye juste d’avoir un équilibre entre tout ça.

K – C’est quoi pour toi l’érotisme ?

C.L – L’érotisme, ce n’est pas que des corps, du sexe, des pratiques et ce n’est pas forcément lié à la sexualité. Plein de choses peuvent être érotiques comme la musique qui nous stimule voire nous excite sans être explicite. Il y a une idée plus philosophique, on peut évoquer la sensualité, l’amour, le sexe par d’autres biais. Si je prends un magazine érotique, en général je suis vite ennuyé car ça tourne souvent autour des mêmes choses. C’est très centré sur la pratique et le corps et pas tant sur l’âme ou la vie de tous les jours. C’est toujours lié au fantasme et c’est bien de pouvoir sortir de ça, d’aller dans l’hypersensibilité. C’est ce qu’on a voulu car on a pas envie de se mettre des barrières et de ne parler que de sexualité. Du coup c’est un peu ça le futur de Han Han : sortir du cadre imposé. C’est le cas aussi au niveau des photos et des visuels, les nus des fois m’ennuient car pour moi l’érotisme c’est plus que de voir des seins, des fesses, des sexes… Le corps c’est assez réducteur finalement et il y a souvent trop de filles nues, on essaye de plus en plus d’équilibrer les photos de garçons et de filles notamment dans le dernier numéro. Même moi en tant qu’homme hétérosexuel, je trouve que ça peut être très érotique de voir des garçons, ce qui compte c’est ce qui se dégage : l’art.

K – Aujourd’hui, quels sont vos projets ?

C.L – On n’a pas prévu de réimprimer le magazine à court terme, le format web nous va plutôt bien. Imprimer nous oblige à nous y prendre très en avance et j’ai l’impression que quand ça sort c’est déjà un peu « obsolète » même s’il n’y a pas d’actualités dans nos articles. Mais ça ressortira en papier un jour car c’est un projet auquel je crois énormément. Des fois, on pense aussi à changer le site, ce serait l’occasion de repartir de zéro. On voudrait justement le rendre plus intuitif, peut être plus clair, plus simple tout en gardant cette part de mystère. On pourrait même le rendre plus beau, même si j’aime les mises en page très sobres, c’est pour ça qu’on n’a par exemple jamais songé à y mettre de la pub. Ça nuirait au plaisir d’aller sur ce site, volontairement un peu amateur même si ça peut être bien d’y amener des petits artifices.

Les visites continuent d’augmenter mais moins qu’au début forcément. Du coup il y a des nouvelles choses à faire et à tenter même si la motivation première n’est pas de grossir, de devenir énorme. À un moment, on a parlé d’essayer d’en vivre mais rapidement on s’est dit que ça allait plomber l’ambiance et instaurer une obligation de résultat. De toute façon, j’ai beaucoup de mal avec la pression et je ne suis pas hyper ambitieux comme mec. J’ai besoin d’être entouré et d’être poussé, j’aime juste écrire, contacter des gens et collaborer avec eux. Pour le moment ça me va comme ça.

 

 

Pour en savoir plus :

Site Han Han : http://www.hanhan.fr/

Page Facebook Han Han : https://www.facebook.com/hanhanmagazine

Bandcamp Bison Bisou : https://bisonbisou.bandcamp.com/releases

Bandocamp Rhône Poulenc : https://rhonepoulenc.bandcamp.com/

Page Facebook Carlo Amen : https://www.facebook.com/carloamentattoo/

 

 

Log in

loading