Benoît Dobbelaëre

Benoît Dobbelaëre est un artiste du Littoral. Nous avons posé 4 questions à cet artiste que vous avez pu découvrir dans le panier Nord de France.
Pour plus d’informations : www.ema-monde.com
Comment définissez-vous votre style ? Quelle est votre démarche artistique ?
 
Mon style, si il existe, est un mélange baroque symbolique à tendance romantique.
 
Mon travail tourne autour d’un personnage que je nomme ÉMÂ. De nature masculine et féminine, elle est assemblée comme une machine, il est divisé en deux. Elle existe et prend forme par l’installation, la vidéo, la peinture, le photo-montage…
Mon travail est narratif, ÉMÂ vit, évolue, mais elle est dépendante de ma propre trajectoire. Il est tributaire de mes expériences et de mes découvertes. Si je veux générer la suite de son histoire, je me dois de progresser, de m’instruire, d’évoluer aussi. Je m’exprime à travers cette muse.
 
Vous travaillez beaucoup autour de la question du genre. D’où vient cette inspiration ?
 
En 2004 j’ai créé un personnage sous la forme d’une poupée, je lui ai rajouté une compagne pour enrichir mon champ d’inspiration. Cependant l’idée de deux personnages ne me convenait pas, j’avais le sentiment que ce personnage devait être unique pour m’en faire un moi à part entière, alors je les ai réunis par un cordon au niveau de leur tête.
C’est comme cela que je joue sur un personnage constitué d’une partie féminine et une partie masculine.
Le travail sur le genre découle de cette construction mentale que je me suis faite en créant ce personnage, et me rappelle 
à quel point j’aime l’idée d’une ambiguïté dans chacun d’entre nous sur cette notion.
 
Pourriez-vous nous décrire votre univers de création à Dunkerque ?
 
J’ai depuis plusieurs années un atelier pour ma pratique artistique dans les locaux de l’association Fructôse. Cet atelier me sert essentiellement pour la création de sculptures (assemblage, pierre).
Mais Dunkerque est aussi pour moi un vaste décor pour mon inspiration, la multitude d’environnement comme les usines, les dunes, les forêts et les espaces à l’abandon, font de ce lieu ma source d’inspiration pour la réalisation de mes courts-métrages. je pense que Dunkerque aura joué un rôle dans mon univers. 
 
Pourquoi avez-vous participé au panier culturel Kilti ? Est-ce que ça a été une bonne expérience ?
 
Ma participation au panier Kilti me plaisait dans son concept de diffusion jouant sur la surprise, recevoir mes courts métrage sans pour autant connaître mon travail m’amuse.
Cette expérience m’a plu car elle me met dans une situation où je ne vois pas la réaction du spectateur, mon DVD devient un objet, cette réflexion me plait, c’est pourquoi je pense que ma participation est une bonne expérience.

Log in

loading